AMATRICE D'ARTISANAT PORTUGAIS

Charline Noblet - Co-fondatrice de Sul Club

Par: Marie PUZENAT

Dès le lancement de Saudade,  Charline et sa famille ont eu un coup de coeur pour les tapis et coussins vintages portugais. Charline nous a ouvert les portes de son sublime intérieur Lisboète, afin que nous puissions le partager avec vous. Elle a, par la même occasion, répondu à quelques unes de nos questions. 

Coussins vintage Saudade 

Qui est Charline ?  

Je vis à Lisbonne depuis 3 ans. Avant, nous habitions à Paris, où j’ai travaillé pendant 15 ans dans la communication et l’accompagnement au changement. J’ai vraiment adoré, je trouve les relations humaines passionnantes. Et puis, il y a 3 ans, nous avons eu envie de changement, de voyages et d’une nouvelle vie. Nous avons décidé de partir avec toute ma petite famille. C’était le bon moment, nos enfants étant petits. Comme nous adorons le Portugal, nous avons décidé de venir à Lisbonne.

Les tapis vintages sont des draps et linges usagés qui ont été déchirés en lanières de tissus pour fabriquer des “mantas de trapos ou farrapos”, ces couvertures résistantes à usage multiple. 

Pourquoi avoir choisi des coussins et tapis vintages Saudade pour ton intérieur ?

Nous avons emménagé dans cet appartement il y a 6 mois, et voulions de belles pièces d’ici, travaillées par des artisans cherchant à perpétuer les traditions portugaises.  J’ai rencontré Christelle dans ce cadre-là. Le projet Saudade nous a tout de suite parlé. C’était exactement ce qu’on cherchait. Elle en parle avec tant de passion que nous avons été conquis. Nous avons décidé de prendre un tapis vintage pour le mur de notre salle à manger, et des coussins vintages pour égayer notre salon. 

Tapis vintage Saudade et céramique Sul Club

Si ton tapis et tes coussins Saudade pouvaient parler, que  nous diraient-ils de leur nouvelle famille ?

Il faudrait les censurer (rires). Ils diraient qu’il y a deux petits monstres qui courent partout, tout le temps et qu’heureusement ils sont lavables ! Ils diraient aussi que c’est un appartement vivant avec une vie de famille et des amis. Notre appartement doit définitivement être facile à vivre et agrémenté de belles pièces qui nous parlent.

Ta définition du beau ?

 

Alors...qu’est-ce que je trouve beau ? C’est philosophique comme question. 

Je crois que mon avis se fait surtout à partir du moment où j’ai échangé avec le créateur ou la personne qui me fait connaître la pièce. Je peux avoir des aprioris, mais la passion avec laquelle la personne va m’en parler, peut rendre un objet vraiment exceptionnel.

La beauté passe par la relation humaine. L’objet est empreint de ce que les créateurs et artisans veulent bien lui communiquer. C’est ça que je trouve beau.

Ton dernier moment d’émerveillement ?

Tous les weekends lorsqu’on se retrouve à la plage, face à l’océan. Je mesure à chaque fois la chance que nous avons. J’aime vraiment la vie en ville, mais ces moments de pause dans un cadre naturel préservé sont une vraie source de bien-être.

Coussins vingage Saudade 

Chez Saudade, on croit que tout le monde, objet comme humain, a le droit à une seconde vie. Dans la tienne, qu’y feras tu ?

Ah non, je veux tout faire dans cette vie là moi ! 

Si je devais tout changer, j’aimerais développer une compétence “manuelle”, apprendre à tisser, tricoter, peindre, quelque chose où le toucher est important. Je prendrais enfin des cours de cuisine, j’adore, mais ça fait 10 ans que je dis ça sans le faire… Je travaillerais dans la psychologie... Oui voilà, une psychologue cuisinière qui tricote des pulls immettables pour ses enfants !

Quelle est ta définition de la Saudade ? 

C’est un mot dont l’essence n’est pas simple à capter quand tu n’es pas portugais. Pour moi, la Saudade, c’est la nostalgie et l’espoir en même temps. Ça représente les valeurs de ce pays. Je dirais que c’est aussi un mélange de fierté, de savoir-faire, et d’authenticité. J’ai l’impression que les Portugais sont plus tournés vers leur passé, mais de façon positive. Le passé est une source d’inspiration pour le présent.  Ils puisent leur force dedans. En tant qu’expatriés, j’espère qu’on peut jouer un rôle en découvrant cette culture et en participant à sa transmission. 

Céramique Sul Club et tapis vintage Saudade 

Toujours sur le thème de l'artisanat portugais, peux tu nous parler de ton projet ? 

En arrivant à Lisbonne, avec mon conjoint, nous avons monté un projet dans le tourisme qui s’appelle Alma Da Comporta.  Avec ce projet, nous avons fait de belles rencontres en cherchant à  travailler avec des artisans portugais et des entreprises locales. L’idée de construire quelque chose autour de l’artisanat portugais a alors germé dans ma tête. J’ai ensuite rencontré Adeila, mon binôme dans le projet “Sul Club” et tout s’est concrétisé. 

Elle vit à Lisbonne depuis 5 ans, et a un restaurant qui s’appelle Ma Biche Pizza. Quand je l’ai rencontrée, elle avait fait le même chemin que moi dans ses envies. Nous avons réalisé que nous avions toutes les deux envie d’avoir un rôle au niveau local et que nous aimons beaucoup la céramique. 

Nous nous sommes lancées il y a 6 mois. Nous avons cherché et rencontré beaucoup de fabriques de céramique : des entreprises à taille humaine, qui font travailler des locaux et qui réfléchissent à leur impact environnemental. Nous chinons chez eux la vaisselle qui nous correspond : jolie, fabriquée selon le savoir-faire ancestral portugais, en utilisant exclusivement du grès local, mais avec la touche de modernité qui nous correspond. C’est comme ça que Sul Club est né !

Coussins vintage Saudade 

Carnet d'inspiration d'une photographe, Emilie
Carnet d'inspiration d'une photographe, Emilie
3 jours à Lisbonne
3 jours à Lisbonne
Faire durer le beau, faire aimer le durable
Faire durer le beau, faire aimer le durable

Ce site utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience. En savoir plus.